Dec 25, 2008

Ici.

« Joyeux Noël
Merry Christmas
Feliz Navidad »

Un Noël qui passe tout doucement, sans faire de bruit, sur la pointe des pieds. Il n’y aura pas de neige cette année, et le rituel est bouleversé – Père Noël est passé pendant le Réveillon, et le Jour de Noël paraît extraordinairement solennel, avec la famille et les invités, et le déjeuner qui aura duré environ 2h45 (stricto sensu, pour les ‘enfants’. Pour les ‘adultes’, comptez une demi-heure de plus). Ici, la vallée est entourée de montagnes est une boule de verre qui protège un univers fragile, éphémère. Nous partirons sous peu, fêterons la Nouvelle Année dans un pays qui n’est pas le mien, dans un monde où, parfois, j’étouffe.

Mais il y a toujours le froissement du papier cadeau qu’on ouvre, le craquement du feu de cheminée, les cadeaux auxquels on ne s’attend pas, les moments de fous rires, les journées consacrées aux Beings, les jolies tenues qu’on essaie pendant des heures, et puis les montagnes, le ciel très bleu hier, la neige au « Prat », les poinsettias, le feu de cheminée, les films de Noël, et l’envie irréductible de rester dans un endroit où le temps est suspendu, où l’esprit est apaisé, où l’on aurait envie de s’envoler vers le sommet de la montagne d’un blanc immaculé, là, tout là-bas, à l’horizon, et cette impression que jamais demain n’arrivera puisqu’aujourd’hui est bien trop beau, la sensation qu’on ne peut jamais étouffer ici. La vie est ténue ici, non qu’elle soit fragile en elle-même, mais elle tourne autour de petites choses, de silences. J’irai à l’église du village en fin d’après-midi, pour apprendre à écouter de nouveau ce silence.

Et ce qui me manque le plus dans le Nord, c’est le ciel bleu d’ici. Bleu, comme le jazz, comme le papier cadeau chamarré, comme les pointes des bougies, bleu comme la couleur des rêves.

2 comments:

khâryatide said...

Le froissement du papier cadeau... je préfère l'ouvrir tout doucement, en faisant sauter les gonds de scotch. Pour moi, ce sera la vision des papiers amoncelés, et le bruit, celui, plus tôt, du bolduc qu'on frise avec la lame de ciseaux. Le feu de cheminée m'aura un peu manqué cette année. A côté de Noël, j'espère que tu auras vu Raymonda, qui vient de passer (tronqué, expédié, mais quelques belles miettes tout de même). And be careful not to wake up chimeras tonight ! Merry Christmas.

V. said...

Ici, le ciel est blanc, blanc et lourd comme une promesse muette au-dessus de nos têtes, à mi-chemin entre l'espoir et la menace. Mais les papiers bleus sont comme le ciel de Noël, où l'étoile brille, une multitude d'étincelles et le silence attend pour laisser la place à autre chose, un silence plus grand.

Tes mots sont magnifiques.