Nov 22, 2008

esprit nei-gisant.


pendant toute la journée, par intermittences: la neige.

on lève la tête du thème d'anglais (nana, zola) à 9h36 et: la neige.

en gros flocons mouillés, qui fondent immédiatement.

les mandarines juteuses, dont l'intensité du parfum est inversement proportionnel à la taille. prendre les plus petites, celles dont l'arôme est juste ce qu'il faut de sucré, celles qui ont le plus de saveur, des soleils en miniature. à déguster avec un carré de 1848 (non, pas la 1ère date du programme d'histoire de lyon) aux éclats de noix de pécan grillés.

à 17h12 sur la place d'armes, les flocons étaient violets avec les lumières des décorations.

les décorations au centre commercial, le jazz et les chansons de noël, le grand manteau gris, les lumières la nuit sur la place, le monde, et toutes les choses qu'on rêve de faire, mais qu'on ne peut pas faire, parce qu'on fait du shopping avec les parents [chocolat chaud, boutiques de déco, achat de livres et de cartes postales-marque page, bottes], l'espoir insensé de l'apercevoir dans la foule, entre deux flocons.

mais rien, toujours rien. juste la neige, qui fait du bien, qui apaise.

[I want you, you, you / I want you to look at me / in the eyes / and dance / with me - always.]

5 comments:

Yannick said...

l'histoire angoissante des ombres fugitives avalées par la foule...

khâryatide said...

Après avoir ri de 1848 et jalousé les bottes [les cuissardes de mes rêves ne me vont pas], superposé les flocons et les notes de musique, je me suis dit que j'aimerais bien être un "l" apostrophe pour quelqu'un.

V. said...

Juste pour dire que c'est beau, cette neige, cette neige dans tes mots, je sens presque cette mandarine (même si le 1848 me fait sauter en l'air... séquelle sans importance). Les calme de la neige qui se pose... connaîs-tu "Et puis vinrent les neiges" de Saint-John Perse? Même si sa neige est moins douce, moins familière et accueillante elle m'y fait penser...

Bamboo said...

@Yannick: oui, l'angoisse c'est ça. S'imaginer que peut-être on l'a vu(e).

@khâryatide: je n'ai fait que jalouser les bottes, moi aussi... vu que ce n'est pas considéré comme un achat indispensable par l'autorité parentale. Et pour le "l'", oui, forcément...

@V: quand j'ai remarqué le rapprochement entre le programme d'histoire de Lyon et le nom d'un certain chocolat, ça m'a fait sauter en l'air aussi... Et oui, je connais ce texte de St-John Perse, que j'aime beaucoup (le texte et le poète)...

Merci. xoxoxo

@ude said...

http://www.youtube.com/watch?v=gJvrCKVa-og